Récompense et réprimande en éducation canine : PARTIE 2

En tant qu’éducateur canin, l’une des premières choses que j’observe en arrivant chez mon client, ce sont les outils éducatifs qu’il utilise. J’ai traité de cela dans un premier article.

Il est également primordial de savoir comment le client récompense son chien mais aussi comment il le réprimande. C’est la thématique que nous allons aborder ici.

 

Le chien apprend par association

En effet, nos chiens n’ont pas le même système d’apprentissage que nous. Ils sont plus factuels et sensitifs.

En clair, ils apprennent les choses par cause à effet. Pour lui un comportement amène une conséquence. Il va alors la classer dans sa tête comme étant agréable ou non.

Attention, comme nous avons vu dans l’article sur le matériel éducatif, on ne sait que ce que le chien aura associé à un comportement donné. Il faut donc être très prudent dans nos actions de récompense ou de réprimande.

Parfois, on imagine récompenser un comportement alors qu’on en renforce un autre. Par exemple, mon chien attaque les autres chiens, je le félicite quand il revient vers moi. Je pense féliciter son retour vers moi et le fait qu’il arrête son comportement d’agression. Or, dans sa tête, peut-être que je félicite son comportement précédent, à savoir l’attaque de l’autre chien. Ainsi, je le renforce dans ce mauvais comportement sans même le savoir. Il vaut mieux s’abstenir de réagir si on n’est pas sûr des conséquences de notre implication. 

 

A quoi sert la récompense dans l’éducation du chien?

Quand on récompense un comportement, on cherche à le renforcer. Un renforcement, c’est le fait de montrer au chien qu’on souhaite qu’il produise ou non le comportement donné.

En éducation, il existe deux types de renforcements. Il s’agit du renforcement positif et du renforcement négatif. Dans le renforcement positif, on ajoute quelque chose que le chien aime pour lui faire réaliser le comportement souhaité. Il est relié à la punition négative. Quand le chien ne donne pas le comportement attendu, on lui retire ce qu’il souhaitait obtenir. C’est la méthode R+ P- . Les éducateurs en positif n’utilise que cette méthode.

Par exemple, mon chien et moi marchons en laisse. La laisse est détendue et il peut aller explorer son environnement (R+). S’il se met à tirer, je m’arrête (P-). Je lui retire la possibilité d’avancer et d’explorer. Cette méthode est non seulement douce mais elle fait réfléchir le chien à ce qu’on attend de lui pour pouvoir obtenir ce qu’il veut. L’apprentissage est plus long que dans le coercitif mais nos amis à 4 pattes bénéficient d’un apprentissage durable et construisent un lien de confiance avec leur humain.

 

Quel type de récompense faut-il donner à son chien ?

Le type de récompense que vous allez choisir de donner à votre chien va dépendre de plusieurs facteurs.

Tout d’abord des goûts de votre chien : aime-t-il manger? a-t-il des soucis de santé? est-il tactile? vous écoute-t-il?

Mais aussi de la relation que vous voulez tisser avec votre chien. Voulez-vous être un distributeur de nourriture et que votre chien regarde vos mains en permanence (et prendre le risque qu’il ne vous écoute pas si vous n’avez rien à lui donner) ou voulez-vous privilégier l’écoute, la relation, le lien qui vous unit? On entend souvent les adeptes de la friandise dire que leur chien exécute tous les tours qu’il connait pour obtenir au plus vite la récompense. On voit déjà une limite de cette méthode. Le chien ne réfléchit plus et est en état d’excitation quant à la récompense.

Vous avez le choix, vous pouvez varier les plaisirs également. Simplement, je vous conseille personnellement de ne pas devenir un distributeur de friandises (vous pouvez donner à manger à votre chien de façon aléatoire par exemple). Les chiens sont très intelligents et ils peuvent/veulent plus de nous. Ce qu’un chien recherche à la base, c’est notre contact. Il a été sélectionné pour cela. Il veut être près de l’Homme. Cultivons ce lien unique dans le règne animal et renforçons cette relation privilégiée.

Pour en revenir au type de récompense, vous pouvez donner : des caresses, des félicitations verbales, jouer avec votre chien, de la nourriture… Tout ce que votre chien aime. Attention, c’est votre chien qui décide ce qui lui est agréable. Certains chiens n’aiment pas le contact, d’autres n’accordent aucun intérêt à la nourriture… 

caresse apaisanteA quoi sert la punition quand on éduque un chien?

La punition positive

Qui dit récompense dit punition lors de « mauvais » comportements. Mais la punition n’a pas à être forcément négative et mal vécue par le chien! Par exemple, le fait de ne plus avancer quand un chien tire en laisse est une punition. Elle n’est pas violente ni traumatisante.

La punition négative

L’éducation canine reposant sur le coercitif utilise la punition en premier et quand le chien arrête son comportement, elle arrête la punition. Il s’agit d’ajouter un stimulus négatif pour le chien. Par exemple, mon chien tire en laisse, je le saccade (P+), il arrête, je stoppe ma saccade (R-).

Comme vous le savez, je ne suis absolument pas pour cette méthode qui met le chien en détresse et à terme, amène la résignation acquise de par le fait qu’il ne peut pas gérer le stress de la situation et ne comprend pas la réprimande. Le chien va alors s’inhiber et subir la situation.

Cela peut également engendrer de graves mauvaises associations. Un chien qui est saccadé en cours d’éducation collectif peut devenir réactif congénères car il aura associé les chiens à la douleur.

D’autre part, le chien n’apprend pas durablement comme cela, il est conditionné afin d’éviter la réprimande et non en apprentissage d’un bon comportement.

Enfin, le fait de s’énerver stress le chien et peut provoquer l’aggravation des problèmes. On entre alors dans un cercle vicieux. Il arrive par exemple qu’un chien qui se fait gronder car il n’est pas propre, urine/déféque avant le retour de son propriétaire par crainte. Il arrive même que certains chiens effacent leurs traces en mangeant/buvant leur excréments/mictions. La colère et la violence ne règlent pas de problèmes comportementaux. Elles ne font que créer de la crainte et cacher le vrai problème.

 

Quelle type de punition est adaptée pour mon chien?

La punition fait partie de l’éducation positive à part entière. Comme nous l’avons vu, elle peut être non traumatisante pour le chien et favoriser l’apprentissage. Par exemple, le fait d’ignorer son chien est une grosse punition pour un chien lié à son propriétaire. En effet, comme vu plus haut, le chien recherche en premier lieu le contact avec son humain. L’en priver est donc une punition à forte valeur (P-). Par contre, l’ignorance doit être totale, même un regard au chien et vous aurez raté la punition. On ne touche pas le chien, on ne lui parle pas, on ne le regarde pas. 

Vous pouvez également recourir à l’isolement du chien. Le tout pour que le chien comprenne la punition c’est de lui expliquer et de lui laisser le choix. On lui explique clairement les règles du jeu. « Tu sors si tu manges le canapé ». Le chien continue, on le met dans une pièce à l’écart en lui disant qu’il sort puisqu’il mange le canapé. On le prive de notre présence. On attend que le chien se calme et quand il n’y a plus aucun bruit, on va le chercher sans marquer l’événement. Cela permet également de lui faire travailler sa frustration et son renoncement. Deux apprentissages primordiaux qui lui seront demander très fréquemment dans sa vie de chien.

 

Ce que l’on évite : le conditionnement du chien

Si je mets une croquette au dessus du nez de mon chien, il s’assoit. Je lui dis « assis » et au bout d’un moment, il aura compris que quand je dis « assis » il doit s’asseoir. Cela s’appelle du conditionnement. Le chien ne réfléchit pas, on fait appelle à ses capacités associatives et non cognitives.

Avec la méthode de récompense/punition présentée plus haut, on évite le conditionnement bête et méchant. On demande clairement au chien de réfléchir à ce qu’il fait et aux conséquences directes de ses comportements. Il doit nous proposer un autre comportement pour obtenir ce qu’il veut.

 

La mise en route du cerveau du chien

Faire réfléchir le chien à des solutions à trouver par lui même crée de la neurogenèse (cela fait travailler ses neurones et muscle le cerveau). Le chien travaille donc mentalement et développe des liens avec son propriétaire. Il est beaucoup plus stimulant pour un chien d’apprendre de cette manière que de travailler à la nourriture.

Les chiens ont les capacités mentales d’un enfant de 3 ans. Nous pouvons donc leur en demander beaucoup plus que ce que la légende urbaine nous fait croire.

N’hésitez pas à stimuler vos chiens. Le cerveau est un muscle qui se travaille. Plus on le stimule, plus il est efficace.  C’est ce qu’on appelle le circuit long de l’apprentissage. Oui, cela prend plus de temps qu’avec de la nourriture, mais la récompense c’est vous donc cela en vaut la peine. En plus de cela, votre chien ne vous en aimera que mieux.

 

Les règles de base

Il existe quelques règles à respecter pour que votre chien comprenne ce que vous attendez de lui et fasse les bonnes associations et donc les bons apprentissages.

La cohérence

Tout d’abord, la cohérence est d’une grande importance. Vous devez fixer des règles à respecter que vous appliquerez toujours. Ce n’est pas un jour oui et le lendemain non. Votre chien ne peut pas comprendre que quand il pleut dehors il n’a pas le droit de monter sur le canapé. Soit c’est oui, soit c’est non. Ce serait vraiment très injuste pour lui si ce n’était pas le cas et il ne serait pas en mesure de comprendre ce que vous attendez le lui.

De la même manière, si vous jouez à tirer avec votre chien sur une corde par exemple. Vous ne pourrez pas lui reprocher d’attraper votre manteau et de tirer dessus quand il sera excité. C’est vous qui lui aurez appris à tirer. Il ne fera pas la différence. Certains chiens gèrent nos incohérences mais ce n’est pas le cas de la plupart.

La persévérance

Il faut laisser le temps à votre chien de comprendre ce que vous attendez de lui. Rome ne s’est pas faite en un jour. C’est pareil pour les apprentissages de votre chien. N’oublions pas qu’il arrive dans une famille d’une autre espèce que la sienne, avec ses propres codes et son langage. Il doit déjà nous décrypter alors facilitons lui la tache en étant cohérent ET persévérant. Il faudra répéter les mêmes mots et les mêmes gestes jusqu’à temps que votre chien ait compris l’association. Pour certains c’est plus long que pour d’autres, tout comme chez les Humains.

Attention, si vous n’êtes pas persévérant et que vous changez de comportement au bout d’un moment, cela devient incohérent pour le chien et donc très très difficile de réaliser un apprentissage.

La balance des interactions

balance des interactions

Enfin, chaque chien est un être unique avec ses préférences, son tempérament, ses goûts. A nous de les identifier et de travailler avec cela. Les interactions qu’il aura avec nous serons négative, neutre ou positive.

La balance des interactions n’est autre que la représentation de la manière dont votre chien peut ranger ce que vous lui procurer. Une punition peut être vécue comme positive pour lui alors qu’une récompense peut-être perçue comme négative.

Par exemple, pour un chien qui a été maltraité et ne supporte pas qu’on le touche, si son propriétaire le câline pour renforcer ses comportements, il y a de grandes chances que le chien le range comme étant une interaction négative. Au contraire, si le propriétaire gronde son chien quand il aboie pour attirer son attention, le chien pourrait le ranger comme une interaction positive. En effet, ce qu’il recherche est l’attention, peu importe la façon dont elle se présente.

Dans le même ordre d’idée, si une récompense est trop excitante pour le chien, mieux vaut en utiliser une moins forte. L’excitation empêche la réflexion. Certains chiens seront très excités par la nourriture, d’autre par la voix ou encore le touché.

A nous de nous adapter à nos chiens et de leur procurer les bonnes choses aux bons moments!

 

J’espère que cet article vous aura été utile. N’hésitez pas à en discuter avec moi si vous avez des interrogations ou si certains propos ne vous parlent pas!

La partie 3 qui traitera des effets des jouets et des jeux que nous proposons à nos compagnons arrive bientôt 🙂

Suivez Parlez Vous Chien sur Facebook pour ne pas rater d’article à l’avenir !

 

© Parlez vous chien, 2017, Mylène Genairon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires